obole

obole [ ɔbɔl ] n. f.
XIIIe; lat. obolus, gr. obolos
1Ancienne monnaie française, valant un demi-denier.
(1559) Ancienne monnaie grecque, valant le sixième d'une drachme.
2(XVIIe) Vx Très petite somme. sou. « Je n'ai pas fait tort d'une obole à mes héritiers » (Balzac).
3(1902) Mod. Modeste offrande, petite contribution en argent. Apporter son obole à une souscription.

obole nom féminin (latin obulus, du grec obolos) Unité de monnaie et de poids de la Grèce antique, qui valait le sixième de la drachme, soit, dans le système attique, 0,71 g. Ancienne monnaie française qui valait la moitié du denier. Très petite somme, petit secours en argent, offrande de peu d'importance : Verser son obole à une œuvre.obole (synonymes) nom féminin (latin obulus, du grec obolos) Très petite somme, petit secours en argent, offrande de peu...
Synonymes :
- aumône
- maravédis

obole
n. f. Petite somme d'argent, petite contribution. Apporter son obole.

⇒OBOLE, subst. fém.
A. —[Dans la Grèce antique] Unité monétaire valant un sixième de la drachme; pièce de monnaie de cette valeur. On mettait une obole dans la bouche des morts, afin qu'ils payassent à Caron le prix du passage du Styx (LITTRÉ). Comme [à Athènes] le théâtre était affermé à un entrepreneur qui percevait deux oboles par spectateur, l'État dut verser cette somme aux citoyens pauvres pour leur permettre d'assister aux représentations dramatiques (A. JARDÉ, La Grèce antique et la vie gr., Paris, Delagrave, 1914, p.187):
♦ [Pour les Athéniens] le vrai, le seul gouvernement, c'était le peuple assemblé, soit pour faire les lois, soit pour rendre des jugements. C'est dans ces deux circonstances que chaque citoyen avait droit à une indemnité de trois oboles, mais les fonctions exécutives étaient gratuites.
MÉNARD, Rêv. païen, 1876, p.175.
P. anal. [Au Moy. Âge en France] Unité monétaire valant la moitié d'un denier tournois ou la vingt-quatrième partie d'un sou; pièce de monnaie de cette valeur (v. denier A 2). [Rancé] ne buvait que de l'eau, ne mangeait que du pain; sa dépense par jour ne passait pas six oboles, prix d'une couple de colombes (CHATEAUBR., Rancé, 1844, p.132). Le nouveau talemelier [boulanger], pendant les quatre premières années qu'il a acheté le métier, doit payer, chaque année, trente-sept deniers et une obole de «coutume» (FARAL, Vie temps st Louis, 1942, p.72).
P. ext., vieilli. Très petite somme d'argent. Ne pas posséder une obole; ne pas avoir une obole de revenu. Je n'en donnerais pas une obole (Ac.). L'enfant du pauvre, qui, détourné par la faim du chemin de l'école, court vendre son âme et son corps à la filature voisine, pour grossir de quelques oboles le salaire paternel (L. BLANC, Organ. travail, 1845, p.XXII). Il est évident que la solidarité n'ajouterait pas une obole à la richesse commune (PROUDHON, Syst. contrad. écon., t.1, 1846, p.119).
B. —Don, présent de très peu de valeur, de très peu d'importance, qui constitue une modeste contribution (à une oeuvre, une souscription, etc). Donner, verser son obole. Je vous envoie ma modeste obole (Ac. 1935). Madame de la Verdelière (...) revint (...) demander à Maurice d'Esparvieu son obole pour les églises de France (A. FRANCE, Révolte anges, 1914, p.356). Pour vous en débarrasser [d'un mendiant], Vous y allez de votre obole. Et vous vous dites: «Après tout, S'il a vraiment faim?» (PONCHON, Muse cabaret, 1920, p.45).
Au fig. C'est peut-être inhumain de lui refuser l'obole d'un seul mot (VERCORS, Silence mer, 1942, p.38). J'attendais d'elle un mot, un regard, une obole (...) elle fuyait entre mes doigts comme une eau vive, cristalline, moqueuse (VIALAR, Pt jour, 1947, p.200).
♦[P. allus. à Marc 12, 41-44 et à Luc 21, 1-4] L'obole de la veuve, l'obole du pauvre. Don, présent ayant apparemment très peu de valeur. Merci pour nos mariés des prières que vous avez bien voulu faire pour eux. Ne dites pas que c'est l'obole de la veuve, j'en connais le prix devant Dieu (E. DE GUÉRIN, Lettres, 1838, p.229). Guy de Lucé (...) baisant discrètement la petite main qui s'offrait: —L'obole du pauvre, dit-il gaiement (COURTELINE, Femmes d'amis, Échelle des baisers, 1885, p.57).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1262 «petite pièce de monnaie française du Moyen Âge valant un demi-denier» (ETIENNE BOILEAU, Métiers, 272 ds T.-L.); 2. 1350 «sorte de poids» (Ord. II, 362 ds GDF.); 3. 1567 «dans la Grèce antique, unité de poids et de monnaie valant le sixième de la drachme» (AMYOT, Vies, Lysand. ds GDF. Compl.); 4. 1668 «très petite somme» (LA FONTAINE, La colombe et la fourmi, Fable, L. II, XII, éd. H. Régnier, t.1, 165); id. «très petite quantité, partie» (ID., Le Serpent et la lime, L. V, XVI, ibid., p.414); 5. 1845 «petite aumône» (L. BLANC, loc. cit.). Empr. au lat. obolus «obole, monnaie grecque», «poids», lui-même empr. au gr. «monnaie athénienne valant 1/6 de la drachme attique», «mesure équivalente à 1/6 d'un chénice [mesure de capacité]». Fréq. abs. littér.:100.

obole [ɔbɔl] n. f.
ÉTYM. V. 1268 au sens 2; lat. obolus, du grec obolos.
1 (Mil. XVIe). Monnaie grecque, valant le sixième de la drachme. || « On mettait une obole dans la bouche des morts, afin qu'ils payassent à Caron le prix du passage du Styx » (Littré).
1 Une mine (valait) cent drachmes; une drachme, six oboles.
La Bruyère, les Caractères de Théophraste, De l'ostentation, note 8.
2 (V. 1268). Ancienne monnaie française de cuivre qui valait la moitié d'un denier tournois. 2. Maille. → Cotiser, cit. 1.
3 Fig., fam. Vx. Très petite somme. Sou.Pas une obole : pas un liard, pas un sou.Cela ne vaut pas une obole : cela ne vaut rien (→ Guenille, cit. 7). — ☑ Loc. prov. (allus. littér.). || « Point de pigeon pour une obole » (La Fontaine, Fables, II, 12).
2 Dieu merci ! je n'ai pas fait tort d'une obole à mes héritiers, et n'ai disposé que de mes revenus.
Balzac, Ursule Mirouët, Pl., t. III, p. 403.
Rare. Très petite quantité, très petite partie (cf. La Fontaine, Fables, V, 16).
4 (1902). Mod. Modeste offrande, don de peu d'importance; petite contribution en argent. || « Je vous envoie ma modeste obole » (Académie). || Apporter son obole à une quête, une souscription. Aumône. || Donner, offrir son obole. Bienfait, charité.
3 — J'viens vous d'mander d'l'argent pour la construction d'une nouvelle église. (…)
— Vous pouvez donner votre obole, m'sieu Taupe. L'église s'ra tout entière en ciment armé; à l'intérieur, y aura des fresques cubiques et la teuseufeu (T. S. F.) pour écouter l'pape. Et à l'entrée, y aura eau bénite froide et chaude.
R. Queneau, le Chiendent, p. 336.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • obole — OBOLE. s. f. C estoit autrefois une petite monnoye de cuivre, valant la moitié d un denier tournois, ou une maille. On l employe encore dans les comptes, papiers terriers &c. Un tel est imposé par quartier à quinze sols trois deniers & obole. On… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Obole — Ob ole, n. [Cf. F. obole. See {Obolus}.] (Old Pharm.) A weight of twelve grains; or, according to some, of ten grains, or half a scruple. [Written also {obol}.] [1913 Webster] …   The Collaborative International Dictionary of English

  • obole — Obole, m. antepen. Qui est une petite piece de monnoye, valant sept deniers tournois, Obolus. Un obole et demi, Sesquiobolus …   Thresor de la langue françoyse

  • Obole — Obole, s. Hälblinge …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • obole — (o bo l ) s. f. 1°   Terme d antiquité grecque. Poids qui, chez les Athéniens, valait 75 centigrammes. 2°   Petite monnaie d Athènes, dont six faisaient la drachme attique, et qui valait 16 centimes de notre monnaie. •   Vous ne sortirez point de …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • OBOLE — n. f. Nom d’une ancienne monnaie de peu de valeur, employée dans l’antiquité grecque. Il est encore usité dans cette phrase proverbiale : Je n’en donnerais pas une obole, Je ne fais aucun cas de cela, je n’en donnerais pas le moindre prix. Il se… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • Obole — Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. L obole (Unité de masse) représente environ 0,568 g, c’est à dire l équivalent de trois fèves de Caroube. L obole (monnaie) désigne l unité monétaire… …   Wikipédia en Français

  • OBOLE — s. f. Nom d une ancienne petite monnaie de cuivre valant la moitié d un denier tournois. Il s emploie encore dans cette phrase proverbiale, Je n en donnerais pas une obole, Je ne fais aucun cas de cela, je n en donnerais pas le moindre prix.  Il… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • obole — discobole obole taurobole …   Dictionnaire des rimes

  • obole — /ob ohl/, n. a silver alloy coin of France issued during the Middle Ages, the 24th part of a sol, or one half denier. Also, obol, obolus. [1595 1605; < F < L obolus OBOLUS] * * * …   Universalium

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.